Intervention énergisante...

Les défis du Guarana : entre tradition et modernité

Article mis en ligne le 30 novembre 2012 par K. Streinger
Imprimer l'article logo imprimer

Intervention de bénévoles sur le guarana

en 2nde2

  • Madame Cuvillier, membre de l’association « Alliance pour un développement durable » intervient dans la campagne « ALIMENTERRE » qui depuis onze ans, se manifeste en France aussi bien qu’en Belgique ou encore en Afrique. De plus, Madame Cuvillier fait partie du Comité Français de Solidarité Internationale. « Choisir son développement c’est faire appel aux producteurs locaux et apprendre à cultiver la terre » nous dit-elle. Jean-Luc Malpaux est un agriculteur retraité mais qui, par ses actions au sein, lui aussi d’un groupe, (CEDAPAS) encourage chacun de nous à développer une agriculture autonome et solidaire : chacun doit être capable de se nourrir sans dépendre de la production industrielle. Ces deux bénévoles interviennent le mardi 13 novembre 2012 dans une classe de seconde (2nd2) pour étudier un document sur un problème écologique, politique ainsi qu’économique : « Les défis du Guarana »

  • Le Guarana est un fruit cultivé par les peuples indiens d’Amazonie du Brésil. Mauès est le territoire d’origine de cette production. Son noyau est comestible et consommé pour ses qualités énergisantes et coupes faim. Certains peuples vendent une partie de leur récolte. Le Guarana est donc un produit extrêmement important pour ces peuples qui en font leur principale source d’énergie et de commerce.
  • Mais le Brésil connaît depuis plusieurs années un développement économique qui incite l’installation de nombreuses entreprises pour enrichir le pays : « Le Brésil, comme beaucoup d’autres pays pauvres, s’est plié aux exigences des pays riches ». La production biologique et « authentique » du Guarana est de plus en plus en danger… Cela fait plusieurs années que l’on connait les principales qualités du Guarana. Le noyau lorsqu’il est séché devient une véritable source de caféine qui désormais est principalement utilisée dans les boissons énergisantes (comme Monster, Brun…) devenues un phénomène de mode par le culte de la performance (dépassement de soi et de ses capacités). « Coca-cola », entreprise mondialement connue, utilise la caféine dans ses boissons devenues célèbres. L’installation de ces différentes entreprises engendre des problèmes graves au Brésil :
    -  Des territoires entiers sont rachetés par les riches entreprises pour une grande production de Guarana. Certains indiens sont obligés de quitter le territoire où ils cultivaient la terre.
    -  Pour augmenter leur production plus rapidement, les pesticides sont inévitablement utilisés et comme on le sait, ces poisons sont dangereux pour la santé et pour l’environnement.
    -  La production étant plus nombreuse (grâce au model des croisements de plantes avec des OGM), le prix de vente est beaucoup plus bas ce qui pousse les commerces des peuples indiens à la faillite (faible récolte pour un plus grand prix).
    -  En implantant leurs entreprises, les sociétés participent à la destruction de la forêt. Les indiens sont de plus en plus pauvres et vivent des aides de l’Etat mais celles-ci ne sont pas suffisantes. Pour satisfaire les besoins en nourritures de ces peuples il ne suffit pas de leur donner de la nourriture fréquemment ; il faut les former et les faire travailler pour qu’ils puissent vivre de leur travail ou acheter de la nourriture grâce à leur salaire. Pour lutter contre ce fléau de l’exploitation du guarana par les industries, les peuples indiens doivent favoriser les producteurs locaux : agriculture autonome.

    Léa Stoj, 2nde2

Lycée Fénelon - place Fénelon BP407 59407 CAMBRAI - Tel : 0327 727 777 - Fax : 0327 780 542
Site hébergé par l'académie de Lille - Responsable légal : M. Peltier - Webmestre : S. Gentilhomme

puce Contact puce Plan du site puce Espace Rédacteurs puce squelette puce RSS puce
Site réalisé sous SPIP avec le squelette ESCAL-V2
Valid XHTML 1.0 Transitional